Etre vrai pour séduire, ça veut dire quoi ?

Au moment où j’écris ces lignes, je ne peux m’empêcher de me replonger dans ma folle jeunesse, ses chaussures Buffalo et ses jeans taille (vraiment trop) basse. Toi-même tu sais, teenager de l’an 2000! Rappelez-vous, Jennifer Lopez chantait « I’m real ». Oui, ados nous n’étions pas à une contradiction près : je suis vraie… mais sous 3 kg de make-up !

Bref, être vrai, c’est le thème que j’aimerais aborder avec vous. Cette expression je ne l’ai jamais bien comprise. Personne n’est vrai. Nous jouons tous des rôles et c’est normal dans bien des circonstances. Imaginez que vous soyez franche et extravertie 24h/24h, aussi bien lors d’un entretien d’embauche, qu’en présence de votre belle-famille ou durant un premier date. On vous prendrait pour une inadaptée. Il est donc évident de moduler ses traits de caractère en fonction des situations. Il s’agit d’une compétence sociale utile. C’est même une composante de la fameuse intelligence émotionnelle. Alors je veux en venir où si « être vrai » est un peu du bullshit selon moi?

Jouer un rôle : ça coûte cher

Et bien, avez-vous remarqué qu’il existe des personnes qui ne portent non pas plusieurs masques alternativement mais un seul même masque en permanence ? On pourrait dire que certains sont comme bloqués dans un rôle et n’en ont aucunement conscience.

Lorsque j’étais à la fac, j’ai le souvenir d’une fille, pimpée tous les jours comme Meghan Markle, qui riait à gorge déployée à tout ce que disaient les mecs et lançait des sourires Colgate aux profs ainsi que des compliments (y compris à moi alors que je sais qu’elle ne pouvait pas me saquer). En réalité, on s’en fiche de savoir si cette fille était vraie ou fausse, superficielle ou non. Ce qui clochait et nous rendait tous mal à l’aise c’était son manque d’authenticité.

L’authenticité est une caractéristique que j’observe chez bien peu de personnes autour de moi et c’est la raison pour laquelle je trouve intéressant de m’y arrêter. A l’époque, le comportement de cette fille m’agaçait au plus haut point et je la prenais simplement pour une opportuniste faux-cul. Aujourd’hui, je nuance un peu mon jugement et je crois simplement qu’elle imaginait que c’était ainsi qu’elle serait acceptée ou aimée. Je me dis que sa posture devait certainement lui coûter beaucoup d’effort. Car le risque est là : combien cela coûte (en terme de maitrise de soi, de fatigue physique et mentale) de camper un rôle en permanence pour les autres ?

Mon masque de « control freak »

Je vous raconte ça car j’ai moi-même longtemps souffert d’un manque d’authenticité. J’étais dans le souci permanent d’adaptation à ce que pensent les autres, y compris mes copains. Le problème avec cette attitude, c’est que l’on passe son temps à présumer : mon mec pratique le snowboard à haut niveau, je dois sûrement apprendre le snowboard pour l’épater ; mon mec veut devenir journaliste, je devrais me mettre à lire le Nouvel Obs pour avoir plus de trucs intelligents à lui dire, etc. Le propre des suppositions c’est d’être hasardeux. On se trompe bien souvent sur ce qui est important aux yeux d’autrui. Mes ex ne voulaient pas sortir avec leur double, ils voulaient me connaître moi, mes envies et mes imperfections.

J’ai donc longtemps cru qu’être parfaite (notion plus que subjective !) était l’unique voie pour réussir ma vie, séduire un homme intéressant ou être apprécié de mon chef. Le résultat était catastrophique : je me sentais comme hors de moi-même. Je dépensais une énergie folle à contrôler ma personne et à verrouiller mes réelles émotions et mes aspirations. Rationnellement, il est évident que je savais que tout le monde est imparfait, y compris moi. Mais comme j’avais toujours tenu ce rôle, il me paraissait impossible d’être différente. En plus, personne ne m’avait donné d’autre grille de lecture. Personne ne m’a jamais dit : « Madeleine tu as le droit d’échouer et on t’aimera encore plus parce que tu nous sembleras humaine ! ».

Être soi pour rencontrer l’autre

Il m’a fallu péter un gros câble (suite au big combo : rupture + deuil familial + surmenage professionnel) pour enfin reconnaître que je n’allais pas bien, que j’étais fatiguée. Peu de temps après avoir commencé à prendre du recul sur mon fonctionnement et les situations d’échec qui en découlaient… devinez quoi… j’ai rencontré mon actuel compagnon (encore plus beau et plus intelligent que tout ce que j’aurais imaginé !).

On pourrait croire que j’ai vu la lumière et que ma vie a changé d’un claquement doigt. Non, vraiment rien de magique… C’est venu peu à peu mais il est vrai que j’en étais à un tel degré de souffrance que je n’arrivais plus à fonctionner et qu’il y avait urgence à changer. Pour vous rendre compte de mon état intérieur de l’époque, imaginez une casserole remplie de lait sur une gazinière allumée au maximum. Durant près de 30 ans, j’ai tenté de toutes mes forces de poser un couvercle sur cette casserole de manière à contenir le débordement. Mission impossible ! Aujourd’hui, je fais plus simple, j’ai baissé le feu et rangé le couvercle, ce qui me laisse plein de temps pour me découvrir, moi et mes sublimes imperfections.

Je sais que c’est très difficile de prendre du recul sur soi, surtout lorsque comme moi on a été programmée en tant que control freak. Parfois, je me sens encore comme à côté de mes Converse, d’humeur maussade ou angoissée par l’avenir. Je l’accepte. Attention, voici le passage cul-cul du jour (mon ancienne moi aurait détesté) : gardez à l’esprit que vos échecs ne remettent pas en question la valeur de votre être. La définition de votre personne ne se limite pas à votre IMC, à vos vêtements ou à vos accomplissements. Qu’est-ce qui m’aide chaque jour à m’en convaincre ? Cultiver mes qualités et mes différences, trouver ce qui m’anime ! Je vous assure que c’est en étant la personne que vous aimez et qui vous colle à la peau que vous deviendrez la meilleure des séductrices, le meilleur des parents, le meilleur des employés ! Votre authenticité touchera l’autre au bon endroit. Vous saurez que ce mec est bien pour vous et que vous êtes bien pour lui. L’amour réciproque et nourrissant ne naît qu’à cette condition.

BONUS : Si tout cela vous parle et que vous cheminez vers plus d’authenticité, je vous conseille un petit exercice simple : lister sur une feuille de papier toutes les choses que vous seriez fière d’accomplir POUR VOUS, les plus futiles comme les plus incroyables (sans limite aucune du genre c’est trop cher ou je suis trop nulle). Sélectionner 2 ou 3 de ces éléments (les plus faisables) et GO ! Courage les copines !

Moi, sur ma liste, j’ai choisi pour commencer : apprendre à nager le crawl et rédiger des chroniques web. Bon, maintenant je vous laisse j’ai piscine.

CREDIT PHOTO

Laisser un commentaire