Ce qui dérange les hommes au lit (ils témoignent)

Ne vous fiez pas au titre un brin racoleur, cet article est très sérieux puisque j’ai demandé à plusieurs centaines d’hommes en posant la question dans mon groupe privé de me dire ce qu’ils trouvaient inconfortable, déplaisant ou bizarre quand ils couchaient avec une femme pour la première fois.

Voici les réponses qui ont eu le plus de votes, je vous les donne brutes, telles qu’ils les ont formulées, voyons ce qu’il y a à en apprendre…

Le manque de confiance

De manière générale quand la fille est vraiment pas à l'aise avec son corps/a pas confiance en elle (alors que tu la trouve sexy, sinon tu serais pas là) ça fait tomber un peu la tension.
Quand elle dit: Tu peux éteindre la lumière?

Sentir l’autre à l’aise est important pour pouvoir passer soi-même un bon moment. C’est un peu comme partir en voyage avec quelqu’un de mauvaise humeur: difficile d’en profiter. C’est la chose la plus importante aux yeux des hommes (pas pour rien que j’y ai consacré un chapitre dans mon livre qui sort prochainement✌🏻).

Fort heureusement la confiance c’est une chose qui se cultive. Pour commencer, et comme c’est écrit dans le commentaire, comprenez que si vous ne lui plaisiez pas, vous ne seriez pas dans un lit avec lui. Tout le monde a des petits défauts (lui aussi) mais dans ce domaine nous ne sommes pas objectif, si ils existent pour quelqu’un c’est surtout pour vous. Au final ça n’a aucune importance puisque les hommes se concentrent sur ce qu’ils aiment et ce qui les stimule.

Deuxième chose, la confiance en son physique se traduit par une plus grande liberté (liberté d’action, liberté de voir, liberté de toucher) qui permet de ne pas être dans le jugement statique mais dans le mouvement et la création. Celle qui assume ce qu’elle est et ce qu’elle fait est terriblement séduisante aux yeux des hommes, son aisance fascine et lui confère une beauté sans âge: Le secret pour travailler cette confiance n’est pas de chercher à oublier son corps mais au contraire à se le réapproprier en passant un maximum de temps à se connecter à lui.

Le manque de connexion

Froideur. Absence de sensation d’échange. Elle ne se lâche pas.

La connexion est le fait de ressentir la même chose au même moment, si la connexion est importante dans un rendez-vous elle l’est tout autant sexuellement. Au lit, il y a 4 façons de communiquer: par la voix, par le toucher, par le mouvement et par le regard. Si vous ne vous regardez pas, que la position procure peu de contact, que l’un bouge et l’autre non en enfin que vous n’échangez aucun son vous aurez la sensation d’être totalement déconnecté. L’idée c’est de contrebalancer l’absence d’un mode de dialogue par un autre:  si vous ne vous regardez pas, parlez-vous. Si vous ne vous parlez pas, touchez vous. Si vous avez peu de contact essayez de privilégier le mouvement, si il bouge et que vous non, agrippez-le fermement.

L’épilation

Quand elle a un oursin entre les cuisses !

Bon, j’ai quand même interrogé les hommes sur ce point pour obtenir des précisions. Ça n’est pas la présence de poils pubiens qui les dérangent, beaucoup apprécient, mais le fait qu’ils soient laissés complètement en friche depuis plusieurs semaines.

Le manque d’empathie

Incompréhensive (quand c’est rapide ou quand il y a une panne)

Les hommes sont particulièrement nerveux la première fois qu’ils couchent avec une femme qui leur tient à coeur, ils considèrent cela comme une épreuve. Deux choses vont provoquer l’un ou l’autre de ces troubles: une trop grande excitation et la pression du résultat (il y a aussi l’alcool mais c’est une autre histoire).

Quand la performance n’est pas à la hauteur, croyez-moi, un homme se sent très con. Trois options s’offrent alors à lui, s’excuser, blâmer quelque chose d’autre (c’est le préservatif!) ou avoir l’air de s’en foutre. Le mâle est fier et c’est souvent les deux dernières options qui l’emportent. La meilleure attitude que vous pouvez avoir c’est non pas la froide distance, non pas de l’enguirlander, ni de chercher à le rassurer par des mots gentils, ce qui aura pour résultat de l’enfoncer davantage dans  son statut de victime, mais de faire en sorte que la partie puisse continuer d’une autre façon. Demandez-lui de vous caresser par exemple, en se concentrant sur autre chose son excitation pourra revenir naturellement et si le rapport continue il n’aura pas la désagréable impression d’avoir tout foutu en l’air.

L’inconscience

J'en ai eu une qui voulait faire ça sans préservatif... Je lui dit: si c'est comme ça je remets mon pantalon et je pars. Elle a trouvé un préservatif très vite! Après coup elle m'a dit que c'est parce qu'elle ne voulais pas que ce soit seulement un coup d'un soir.

Eh oui, ça n’arrive pas qu’aux femmes. 😬

J’ai eu envie d’écrire cet article car on est jamais très à l’aise la première fois et on voit d’abord nos propres difficultés, du coup on se figure moins celles du partenaire et je pense que c’est valable pour les femmes comme pour les hommes.
Les femmes souvent ont la sensation de devoir « satisfaire » et les hommes ont la sensation de devoir performer. Or, et c’est intéressant, aucun homme n’a parlé d’une pratique qui lui serait refusé la première fois (comme la fellation). Au contraire, ils ont évoqué les choses qu’ils n’ont pas envie de se voir imposées, notamment un☝🏻 dans le 🍑 par surprise.

En réalité (et ces témoignages le prouvent) les hommes cherchent avant tout à ressentir une connexion dans l’acte et à le vivre avec la même intensité, le même plaisir, ils n’ont clairement pas envie de s’amuser seuls.

PSST: Si tu ne veux jamais louper les nouveaux articles du site et recevoir du contenu inédit inscrit-toi à ma newsletter 💌

3Commentaires

  • Eugénie
    21 novembre 2018

    Bonjour Yann,
    J’ai redecouvert ton travail et vraiment MERCI d’aider les femmes à mieux cerner et comprendre les hommes. En lisant cet article, je découvre que finalement les hommes sont sensibles.. A bientôt

  • Isa
    5 avril 2019

    Merci 🙂

  • Alix
    5 mai 2019

    Hélas, enfin je crois, je me reconnais durement dans les deux premiers points évoqués. Certes, le sport, la méditation, sont des pratiques qui nous permettent de nous reconnecter avec notre corps. Mais les problèmes sont parfois plus profonds (et difficilement identifiables bien que nous soyons conscients qu’ils soient présents), Quand une femme évoque ses doutes avec un homme, cela le bloquera-t-il totalement ? Il me semble qu’il faut une sacrée dose de confiance en l’autre pour aborder ce sujet tellement intime. Est-il impossible de surmonter ces blocages à deux, justement ?
    Quand le manque de connexion sexuelle est présent, est-ce inévitable (parfois deux personnes ne se correspondent simplement pas?), ou cela vaut-il la peine d’essayer de « se connecter » ? Est-ce une perte de temps ?

Post a Reply to Eugénie cancel reply