Comment mieux vivre avec votre dépendance affective

dependance affective

Comment mieux vivre avec votre dépendance affective

La dépendance affective est un terme qui revient souvent ces dernières années. Il faut savoir que, bien qu’elle ne soit pas encore qualifiée médicalement, la dépendance affective entre dans le cadre des troubles de la personnalité dépendante. C’est une condition psychologique douloureuse qui pèse énormément sur le quotidien de la personne qui en souffre et de son entourage. Cette pathologie démontre une incapacité à vivre par et pour soi-même, se manifestant par un besoin d’affection constant des autres. Certaines d’entre nous ont croisé la route d’hommes témoignant dès les débuts des échanges un besoin de « toujours plus », presqu’étouffant, les ayant fait fuir malgré les autres qualités de cet homme. D’autres connaissent leur tendance à la dépendance affective et tendent tant bien que mal de faire des rencontres saines et d’entretenir des relations de couple équilibrées malgré tout. Voici de quoi vous aider à mieux vivre avec votre dépendance affective.

Reconnaissez-en les symptômes

A priori, seulement 3% de la population française souffrirait réellement de dépendance affective. Néanmoins, comme pour toutes choses, il y a des degrés allant du plus léger au plus intenses, qui peuvent malgré tout créer une souffrance. Reconnaître chez vous les symptômes d’une dépendance affective, si vous en souffrez, même légèrement, est essentiel. C’est l’unique moyen de commencer à travailler dessus, de mieux vous comprendre et, petit à petit, dans les meilleurs des cas, de vous en libérer.

  • Peur de l’abandon
  • Jalousie extrème
  • Incapacité à prendre des décisions seule
  • Besoin constant d’être rassurée
  • Besoin de contact permanent
  • Insatisfaction chronique
  • Tendance à tout projeter sur une personne
  • Hautes attentes dès le début de la relation
  • Anxiété chronique
  • Tendance à la dépression en cas de rupture
  • Peur du célibat et de la solitude
  • Impulsivité
  • Tendance à prioriser les émotions immédiates plutôt que les conséquences à long-terme
  • Faible estime de soi
  • Peur des désaccords et des conflits

Si vous répondez à la majorité des points évoqués dans cette liste non exhaustive, il y a de grandes chances pour que vous souffriez de dépendance affective.

Prenez la mesure des risques

La dépendance affective est dangereuse pour la personne qui en souffre à plusieurs niveaux. Il y a pour commencer la douleur, la frustration et l’insécurité provoquées par tous les besoins rarement comblés. La personne souffrant de dépendance affective accorde énormément de place à ce qu’elle attend des personnes et son esprit est beaucoup trop orienté vers cela. Elle peut ainsi avoir des difficultés à s’adonner réellement à d’autres activités et à pleinement apprécier l’instant présent. Aussi, que la dépendance affective se manifeste surtout dans le cadre amoureux ou au sein d’autres sphères sociales, le risque est de voir les personnes s’éloigner parce qu’elles se sentiront trop étouffées. Même si tout part d’une bonne intention, la dépendance affective a un poids pour la personne sur laquelle elle repose. Les comportements impulsifs, les demandes élevées et constantes et la pression qui les accompagnent peuvent drastiquement pousser les personnes aimées à prendre leurs distances.

Enfin, un autre risque majeur auquel s’exposent les personnes souffrant de dépendance affective se trouve au sein même des relations qu’elles entretiennent. Leur mal-être provenant souvent d’un manque d’estime de soi, il crée une peur d’être seule et de le rester. Elles peuvent chercher à tout prix à maintenir les relations qu’elles ont, même si elles sont mauvaises pour elles. Le besoin de se projeter à deux, de dévouer tout son amour et son attention sur une personne est une manière de se distraire du reste et de ne pas affronter la vie seule. Parce qu’elles veulent à tout prix de l’affection et ont une faible estime d’elles-mêmes, elles peuvent alors accepter de mauvais traitements de la part de conjoints ou d’amis.

Identifiez-en la source

Comme la plupart des troubles affectifs, la dépendance affective prend racine dans l’enfance ainsi que dans les traumatismes vécus. Les sources précises sont évidemment variables en fonction de chaque personne et demandent d’être explorées à l’aide d’un professionnel. Dans la plupart des cas de douleur psychologique profonde, un des meilleurs moyens de se libérer est de commencer par en parler. L’idéal, en dehors du fait d’en parler à vos proches, est d’en parler à un thérapeute. Cela vous permettra d’entamer un réel travail d’introspection à travers lequel vous pourrez redécouvrir votre histoire, vos mécanismes le tout, dans le but d’apprendre à les changer. Aussi, compléter ce travail par un coaching vous aidera pour ce qui est de vos relations !

Commencez par ces pistes

Au-delà des professionnels de santé, vous pouvez d’ores et déjà commencer un travail par vous-même. Etant donné que l’estime de soi et la peur de l’abandon sont au coeur du challenge que représente la dépendance affective, c’est elles que vous devez adresser. 

  • Lorsque dans les moments « aigus » vous sentez votre tête tourner vers les pires scénarios vous donnant envie de paniquer et de tout envoyer valser, entraînez-vous à changer votre discours intérieur. S’il le faut, écrivez-vous des notes d’amour et de soutien « tout ira bien, il t’aime, il va revenir » ou « tout ira bien, aie confiance, tu le mérites » et cherchez à vous apaisez avant de céder à vos émotions. Répétez les paroles que vous choisirez comme un mantra, même à voix haute
  • Appelez une amie qui aura le recul nécessaire et saura vous remettre les idées en place pour vous aider à redescendre avant toute action que vous pourriez regretter
  • N’ayez pas peur de l’angoisse ou de la colère, faites-leur face : vous savez qu’elles finiront par partir. Quand vous les ressentez, prenez le temps de comprendre comment elles se manifestent chez vous, ce qui les déclenche, et identifiez les éléments déclencheurs pour mieux les prévenir
  • Mettez-vous en mouvement. Le meilleur moyen de clarifier son esprit est de lui permettre de se dépenser un peu. Allez courir, faire un tour de marche ou même, prenez un bain ou une douche. Cela vous aidera à vous remettre à 0.
  • Trouvez ce qui vous fait vous sentir en vie et adonnez-vous à cette activité. Cela détournera votre esprit de ce qui vous tracasse et laissera à la situation le temps de s’éclaircir, surtout s’il s’agit d’un moment où vous êtes prise dans une spirale d’inquiétude.

Le chemin vers le mieux vivre sera long mais en vaut la chandelle ! Appliquez autant que possible les astuces données en commençant, si ce n’est pas déjà fait, un travail de fond en parallèle pour vous libérer un peu plus chaque jour.

1 Comment

  • PAU
    18 janvier 2021

    J’ai soixante deux ans tomber amoureuse il y vingt ans sans jamais lui dire, marié tous les deux . Depuis deux ans nous avons pris contact via facebook, Nos messages ne sont pas anodins, nous sommes vus il peu de temps beaucoup de tendresses rien de plus. Il ne parle pas du plus tard et je ne sais que penser car je l’ai toujours garder dans ma tête et j’en suis toujours amoureuse, quelque chose que je n’ai jamais vécu comme ressenti. Que peut-on espérer dans cette situation. Cordialement

Laisser un commentaire

Notre site utilise les cookies pour vous permettre la meilleure expérience possible. Pour pouvoir naviguer sur hommeexplique.fr vous devez consentir à notre politique d'utilisation des cookies.
Pas de problème :)
Pas d'accord