Pourquoi vous prenez de mauvaises décisions ?

Combien de fois avons-nous été étonnées de la qualité des conseils que nous donnons à nos amies ? Nous prenons le temps d’écouter, d’évaluer et finalement de trouver des solutions appropriées. Pourtant, il semblerait que lorsqu’il s’agit de nous, nous ne soyons plus aussi créatives… L’idée est donc simple, et si nous devenions nos propres meilleures amies ?

On donne de meilleurs conseils aux autres

Nous traitons et conseillons nos meilleurs amis avec tout l’amour possible. Nous voulons le meilleur pour eux et n’hésitons pas à leur montrer la valeur qu’ils ont pour leur permettre de déployer leur plein potentiel. Lorsqu’ils ont une situation problématique, nous savons en discerner les enjeux pour les guider au mieux. En-dehors des moments plus légers qui constituent une amitié, ces instants sont aussi importants. Ainsi, il semblerait que nous soyons plus doués pour développer de meilleurs conseils pour les autres que pour nous-mêmes. Bien qu’évidemment, les actions prises leur reviennent ensuite, la meilleure marche à suivre nous apparaît souvent assez clairement. Comment cela se fait-il ? Simplement, notre recul est différent lorsque nous ne sommes pas personnellement impliquées. Il est ainsi plus facile d’être objectif et d’avoir une juste mesure des choses lorsqu’il s’agit d’une personne extérieure.

Les émotions au cœur de la question

La raison pour laquelle nous avons des difficultés à être d’aussi bon conseil lorsqu’il s’agit de nous-mêmes est simple : nos émotions ! Lorsqu’il s’agit d’une amie, nous les mettons de côté pour distinguer la meilleure des choses à faire. En revanche, quand nous essayons de prendre une décision pour nous-mêmes, elles viennent faire pencher la balance. Parfois, leur influence est telle que nous pouvons réellement nous sentir bloquées dans une situation donnée. Aussi, il arrive que lorsque des proches nous conseillent, bien que leurs idées fassent sens dans notre tête, nous n’arrivions pas à mettre en pratique leurs conseils qui malheureusement, semblent trop éloignés de ce que nous ressentons. Ce qu’il se passe en nous est plus fort et une fois de plus, nous manquons de recul. Ainsi, alors que nous saurions comment conseiller une amie dans une situation identique et serions en mesure de voir clair dans les actions à prendre, lorsqu’il s’agit de notre propre personne, nous sommes comme aveuglées.

L’intellect ne doit pas pour autant prendre toute la place

Cela étant dit, nous pourrions penser que la solution reviendrait peut-être à ne baser nos actions que selon des principes rationnels… Est-ce vraiment une bonne idée ? Sur le papier, on aurait peut-être tendance à se dire que oui ! Après tout, en ne prenant en compte que les faits lors d’une prise de décision, la marge d’erreur semble plutôt fine. Cependant, au-delà du fait que ce mode opératoire serait très compliqué à exécuter, évidemment les résultats ne seraient pas forcément très bons non plus. Beaucoup de choses échappent à nos yeux et à notre intellect. Certaines circonstances peuvent mériter qu’on accorde de l’importance aux actes propres, mais pas toutes ! Nous risquerions de passer à côté de beaucoup d’éléments à considérer tout de même, en plus de vivre difficilement le conflit qui viendrait se créer entre le cœur et la tête.

Qu’est-ce que nos amis les plus proches attendent de nous ?

Bien que nous nous efforcions d’en attendre le moins possible des personnes autour de nous, nous savons que nous pouvons compter sur certaines qualités de nos meilleurs amis. Même si elles varient en fonction des personnes et des relations, de manière générale, nous retrouvons certaines « bases » dans ces relations. Nos amis n’ont certainement pas conscience qu’ils attendent quoi que ce soit de nous, au même titre que nous n’y réfléchissons pas non plus. Cependant, comme toute relation, l’amitié se base sur des principes non explicites. Ainsi, j’imagine lorsque mes amis sont dans une situation délicate et me contactent pour en parler, qu’ils attendent de moi, sans le savoir vraiment, que je les écoute, mais aussi que je sois patiente et calme, que je leur laisse la place d’exprimer ce qu’ils ressentent sans les juger et que je prenne la mesure de ce qu’ils traversent. L’idéal étant pour eux que je puisse leur faire bénéficier du recul qu’ils ont du mal à prendre pour les orienter de mon mieux.

L’effet miroir : et s’il s’agissait de votre meilleure amie ?

Vous l’aurez compris, vous savez donner votre meilleur lorsqu’il s’agit de vos amis. Estimez-vous être aussi indulgente, patiente, bienveillante à votre propre égard ? Par sûr n’est-ce pas ? Il est temps que cela change ! Vous avez en vous toutes les clés pour vous soutenir, vous encourager et vous conseiller ! L’idée n’est pas de se débarrasser de vos amis, au contraire, mais d’apprendre à distinguer ce qu’il y a de mieux pour vous de la même manière que vous le feriez s’il était question de votre meilleure amie. L’astuce ? Simplement se poser la question suivante : si c’était [le nom de votre meilleure amie] qu’est-ce que je lui conseillerais ?

Cela peut paraître bête, mais ça marche ! En visualisant votre meilleure amie, ou une personne proche et chère à votre cœur, vous saurez davantage faire l’équilibre entre vos émotions et votre intellect. Vous gèrerez la situation avec davantage de calme et de recul ! Nous avons souvent besoin d’un miroir pour prendre la mesure des choses. Cependant, vous n’aurez pas systématiquement une personne de votre entourage dans votre situation au même moment que vous pour vous permettre d’avoir le discernement nécessaire. Cette technique vous permettra de prendre la distance dont vous avez besoin. Je l’utilise régulièrement et elle me permet d’apaiser mes émotions pour voir la ligne à suivre. Je ne dis pas que vous suivrez toujours vos conseils de gaieté de cœur ! Mais vous saurez toujours que c’est le mieux à faire ! Donnez-vous ce que vous savez donner aux autres, cela vous aidera à prendre vos décisions !

 

CREDIT PHOTO: @heftiba

Laisser un commentaire